Paul Helminger

paul-helminger

La Place Guillaume II, les deux lions majestueux de l’Hôtel de Ville et un rendez vous en grandes pompes pour m’entretenir des choses de la Cité avec mon hôte, Monsieur Paul Helminger, bourgmestre de Luxembourg ville. Son cabinet lumineux est orné de peintures figuratives très colorées qui concèdent une atmosphère contemporaine à la pièce.

Qui est l’artiste ?

J’ai l’habitude de mettre cette pièce au service des galeries de la ville et je suis très heureux d’y exposer les œuvres de Roland Schauls, auteur de « Portrait Society » visible à l’Abbaye de Neumünster.

L’innovation et le développement au niveau culturel, architectural et artistique semblent ne plus s’arrêter depuis 2006 …

Ces deux dernières années, énormément d’efforts ont été fait dans la redéfinition de l’image de la ville. Le processus a été amorcé par la consultation des nombreux acteurs sociaux pour savoir selon eux, quels sont les atouts majeurs de notre ville… Les points positifs les plus souvent cités sont une stabilité politique, une économie forte mais surtout un caractère cosmopolite quasi unique en Europe sur une superficie si petite. Nous approchons du but, nous avons jusqu’ici forgé les outils pour l’atteindre.

C’est vrai qu’à l’étranger notre pays et ses richesses culturelles sont trop méconnues ?

Nous avons renforcé dernièrement notre équipe de communication. Et l’année dernière, par exemple, nous avons eu deux gros titres dans la presse étrangère « Le Monde » et « Le Figaro ». On doit apprendre à cultiver nos rapports avec la presse internationale. Il faut que l’on arrive à faire notre propre marque.Lux.

Vous nous avez parlez des acteurs sociaux et de leurs définitions, mais vous, si vous deviez résumer en quelques mots le Luxembourg ?

Nous vivons sur un petit bout de territoire qui permet de faire des échappées très facilement. C’est un ferment d’activités et un vivier de richesses culturelles et historiques… En d’autres termes, je dirais que nous sommes la plus petite et la plus humaine des vraies métropoles.

Quant au Luxembourgeois moderne ?

Il est multiculturel et multicolore. Nous avons dépassé nos vieux réflexes conservateurs (ndrl : »Nous voulons rester ce que nous sommes »). Et devons communiquer à l’extérieur de nos frontières ce nouveau message.

Avoir été capitale culturelle de l’Europe en 2007 a-t-il permis de montrer ce nouveau « visage » de la ville et ses environs ?

De nombreuses manifestations se déroulaient dans d’autres villes de la Grande Région, telles que Metz, Thionville, Arlon ou encore Strasbourg. Le fait de travailler ensemble a donné le coup d’envoi à une nouvelle collaboration transfrontalière. Nous avons également misé beaucoup sur des programmes pour jeunes de très bonne qualité avec la coopération de nouveaux acteurs sociaux (La Rotonde, les soufflantes à Belval) et cela a drainé une nouvelle génération de public pour les futures manifestations culturelles. Nous avons gagné en quantité, en qualité et en richesse.

Comment comptez-vous maintenir l’attention de ce nouveau public ?

Au vu de l’enthousiasme pour La Rotonde nous avons mis en route des travaux de réhabilitation et d’assainissement afin de moderniser les structures. Nous prévoyions également le recouvrement de certaines voies de chemin de fer afin de lancer le Carré Rotonde ! Dès la fin de l’été il y a une série d’évènement organisés aux Soufflantes à Belval, parmi eux, le 15 septembre aura lieu le Festival danse et industrie.

Depuis mars 2008, les Vel-oh sont mis à disposition dans le centre ville. Après 3 mois maintenant, vous avez déjà fait un bilan ?

Avec plus de 2000 abonnés et des utilisations journalières par vélo de 3, nous considérons évidemment que c’est un succès. Et ce, malgré la météo facétieuse du début de printemps (rires). C’est beaucoup plus que dans la plupart des villes françaises de même typologie. Nous avons réussi à donner un coup de fouet à l’utilisation d’un nouveau moyen de déplacement !

Vous les utilisez vous-même ?

Je suis déjà piéton la majorité de la semaine, grâce aux Vél-oh je réduis mes temps de déplacement.

Pouvez-vous nous en dire plus concernant les autres améliorations prévues dans le cadre du projet de mobilité globale de la ville ?

Grâce au premier bilan trimestriel sur l’utilisation des Vél-oh, nous avons décidé d’en perfectionner la logistique en augmentant les bornes et en amorçant l’extension géographique de la zone Vél-oh. Pour la mobilité globale, deux grands projets sont déjà voté, l’aménagement d’un pont pour les piétons et les cyclistes entre Cents et le Kirchberg ainsi que la construction d’un deuxième ascenseur entre Pfaffenthal et la ville haute. Cela augmentera spectaculairement les facilités de liaison entre les différents points de la ville et permet d’éviter les problèmes topographiques.

Donc beaucoup de travail en perspective pour les mois à venir. Dites moi, en toute confidence, quels sont parmi les attributions de votre fonction, les plus gratifiantes?

Je dirais qu’il y a deux grands pôles sur lesquels je peux m’appuyer quotidiennement. D’une part, j’ai autour de moi une équipe de collaborateur (à tout les niveaux que ce soit) qui font preuves d’un véritable engament envers la ville et ses citoyens. Et d’autre part, chaque semaine sont organisées des séances d’une heure (tous les mardis entre 8.00 et 9.00) auxquelles chaque résident peut venir sans rendez-vous et discuter en direct avec mon équipe et moi-même des problèmes qu’il rencontre.

Publié par Liberty
Le 23rd juillet 2008
Tags: Mots-clés : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*