Demain, c’est loin.

Chaussure

Aujourd’hui, au Grand-Duché, c’est moins le bruit des bottes qu’il nous faut craindre que le silence des pantoufles. C’est très tôt, autour d’un café, peut-être même trop tôt, que nous sommes arrivés, avec Govinda Van Maele, à cette réflexion hautement philosophique. Le jeune réalisateur a suivi, durant un été, une demi- douzaine de groupes afin d’essayer de mettre en exer gue leur motivation ou, à défaut, leur démotivation, à percer professionnellement dans le sex, drugs and rock’n’roll. L’essence même de tout mouvement artistique, et le rock’n’roll en tête de gondole, naît dans la rébellion, la souffrance et la contestation. Or, s’il faut nécessairement avoir faim pour pondre de bons lyrics, force est de constater que très peu de keupons crèvent la dalle au Luxembourg. C’est justement là que le bât blesse : un hymne trash métal, qui glorifie les gromperekichelcher de la Schueberfouer ou les thüringer au Nationalfeierdag, n’engendrera que peu d’entrain au cœur du mosh pit. Dans la région, les rockers ne sont pas légion à vouloir faire dérailler leur train-train quotidien.

Ils sont rares les chanteurs à texte, confortablement installés devant RTL dans leurs chaussons à pondre leurs chansons, sans avoir un plan B de secours, un CDI à 5000 euros par mois dans l’ Éducation nationale, une maison avec jardinet à Cents et un gros SUV teuton. Seuls les beaux gosses tatoués d’Eternal Tango semblent avoir choisi la voie de la déraison. Entassés dans leur van, ils parcourent les routes, toute la sainte journée, pour défendre bec et ongles Welcome To The Golden City, leur dernier album, devant une armada de fans en slim. Ils ont refusé de plonger dans l’oisiveté et de fonctionner comme du bétail qui se nourrit pour survivre en se laissant endoctriner à petit feu sans se rendre compte qu’ils mettent en péril leur triste existence. Les types d’Eternal Tango vivent la grande aventure du rock avec tous les risques, tant financiers que sociaux, que cela pourrait engendrer. Pour le moment, les kids de Dudelange passent en boucle sur MTV. Gageons qu’on ne les retrouve pas, l’année prochaine, derrière un bureau de la fonction publique mais, bel et bien, derrière le main stage des festivals Lollapalooza, Reading et Rock Am Ring, dans une loge arrosée au Jack Daniel’s, coincés entre deux groupies prépubères. 

Publié par Sébastien
Le 1st décembre 2010
Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*