edito

Édito 50

ProstRoyal

Pour ce numéro 50 et accessoirement nos sept ans d’existence, je n’avais pas envie de vous servir un discours racoleur, fédérateur et paternaliste. J’aurais pu vous dire combien nous vous aimons et ô combien nous prenons du plaisir, chaque mois, à vous abreuver du meilleur de la culture luxembourgeoise depuis le numéro un de Luxuriant.[…]Lire la suite…

Fear of missing out

anna_grzelewska-1

Ex æquo au sommet de l’échelle de mes phobies, se côtoient trois de mes plus gros stress : la mort, enfin surtout la mienne, ma calvitie naissante (mes casquettes de teenagers ne dupent plus personne) et perdre mon Smartphone. L’angoisse. C’est déjà arrivé quatre fois, mais il a été systématiquement retrouvé par Éric, le patron du[…]Lire la suite…

Guerre et Paix

Catherine_Lorent_Doom copy

Techniquement, parler de notre petite cuisine interne n’intéresse personne. Luxuriant fonctionne grosso modo comme tous les autres magazines de la planète. Deux tribus relativement différentes s’activent pendant un mois complet pour remplir des pages blanches. La première smala, celle des journalistes, essaie de miser sur la culture, la découverte et son égo démesuré. Je la[…]Lire la suite…

#JESUISSTRÉSSÉ

Remera

Vendredi 23 janvier, 18 heures. J’interviewe Catherine Lorent à neimënster. L’artiste luxembourgeoise y expose une cinquantaine de dessins, jusqu’au 29 mars, dans le cloître. Nous parlons métal et gentrification de Berlin autour de deux bières. Honnêtement, j’en commanderais bien trois ou quatre supplémentaires. La semaine a été sport, mais nous avons rendez-vous avec Remera, le[…]Lire la suite…

La magie de Noël

Laura Satana et Maneko

  Alléluia ! Les rappeurs du Luxembourg recommencent à croire au Père Noël. Avant, pour trouver l’inspiration, nos MCs devaient ruser, traîner sur YouTube, traverser la frontière pour se faire peur dans des banlieues lorraines ou des villes sinistrées de Wallonie. Les plus motivés s’étaient carrément mis à apprendre par cœur les répliques du film Boyz[…]Lire la suite…

Le malade imaginaire

le malade imaginaire

J’essaie de tomber malade une fois par mois, pour la forme. Rien de grave, quelques grippes, un ou deux rhumes et une petite gastro-entérite. J’évite d’ennuyer systématiquement mon médecin pour si peu. Ordinairement, ces maux débarquent le lundi matin, conséquence d’un weekend chargé en festivités, pour s’estomper le mercredi, en milieu d’après-midi. Une boîte d’aspirine,[…]Lire la suite…

Good Bye Daniel !

Daniel bruhl Illustration finale

Vendredi, 15 h. Un timide rayon de soleil. Peut-être le dernier de 2014. Sous les fenêtres de notre rédaction, le bar Rocas sort sa terrasse comme un ultime pied de nez à l’hiver. J’y vois un signe. J’ai un coup de mou, alors pourquoi ne pas descendre siroter une petite bière pour retrouver la motivation ? J’embarque[…]Lire la suite…

QUARANTE ANS : MODE D’EMPLOI

130515_DANGER_DAVE-103

Samedi soir, 4 h du matin. Insomnie. Canapé, pyjama, plaid, chocolat. Une rediffusion de This is 40, le film de Judd Apatow, passe sur Be TV. Les acteurs Paul Rudd et Leslie Mann y campent un couple en train de négocier le virage de la quarantaine et de s’asseoir, avec mélancolie, sur leurs rêves de[…]Lire la suite…

L’ Appel du 18 juin

3I9A1484

Cette année, au restaurant, pour le déjeuner d’anniversaire des 85 ans de mon grand-père, je me retrouve en face de mon oncle Philippe, cheminot, syndicaliste et footballeur. Je lui dois bon nombre de mes diplômes tant il a passé de longues soirées à essayer de m’expliquer combien de pommes reçoit Pierre si, sur un panier[…]Lire la suite…

Life begins at 40

final birthday party luxuriant ss trait de coupe

Nous y voilà, Luxuriant numéro 40. Ce nombre m’a toujours terrifié. Mon psychanalyste, à force de longues séances onéreuses, a réussi à extirper la source de cette mystérieuse phobie de mes souvenirs lointains. Pour être tout à fait honnête, je n’ai pas vraiment de psy officiel, du moins au sens littéral du terme. Je confesse[…]Lire la suite…