L’Atelier du Windsor, l’atelier du chef!

Joël Robuchon a dit un jour : « Quand j’ai commencé dans le métier, j’avoue que je n’aimais que le steak-frites. » Je sais que vous sursautez sur votre chaise et que vous êtes en train de mentalement mettre en doute l’exactitude de mes propos. Dans le fond, je ne peux pas vraiment vous en vouloir, j’en aurais fait tout autant si j’avais lu une pareille citation dans la newsletter Explorator sous la plume de France. Et pourtant c’est parfaitement exact (je vous laisse googliser tranquillement, je sais que vous ne me croyez toujours pas…). Il a bien évidemment dit beaucoup d’autres choses fortement plus intéressantes. Notons le propos du chef aux 26 étoiles Michelin lors de l’ouverture de son fameux Atelier : « Je n’avais pas envie d’un nouveau restaurant 3 étoiles. J’avais déjà donné. J’avais envie d’une autre aventure. J’[…]ai proposé l’atelier, un nouveau concept basé sur la convivialité, inspiré des bars à tapas espagnols et des sushi bars japonais, où les produits sont exposés, où l’on montre aux clients comment on fait la cuisine. Je voulais fusionner ces deux cultures dans la décoration, la vaisselle, le service, la présentation tout en proposant une cuisine typiquement française, moins riche, moins travaillée que celle que j’avais faite autrefois au Jamin, des plats que l’on puisse manger tous les jours, une cuisine minute que les gens puissent voir se faire. »

Cette longue citation de l’un des maîtres de la gastronomie française n’est pas fortuite. En effet, depuis quelques semaines, Jan Schneinewind nous faisait languir d’impatience (pas complètement puisqu’il nous avait déjà régalé de son nouveau B13 à Bertrange) quant à l’ouverture de son nouveau restaurant en lieu et place du précédent : « L’Atelier du Windsor ». Et bien l’entièreté du concept est parfaitement résumée dans la citation de Joël Robuchon ! Jan a décidé de revenir à une cuisine plus directe, plus tranchée, plus centrée sur le produit et le goût tout en offrant une atmosphère de convivialité et de simplicité. La décoration s’oriente entre mer et terre, alliant le bois aux carrelages des écaillers. Une multitude de places vous attendront autour de la cuisine et vous permettront d’assister au spectacle de la création culinaire aux premières loges. Elément marquant : un coin bar « Smile There’s Wine » sera l’endroit parfait pour finir votre journée harassante par un verre de vin et quelques tapas (à noter qu’ils sont proposés gratuitement à discrétion lors des soirées afterwork du mercredi et du jeudi).

Et dans l’assiette me direz-vous ? Le produit, le produit et rien que le produit ! La cuisine fera la part belle aux éléments de saison comme les Asperges de Rhénanie Palatinat qu’on conseillera avec le jambon séché luxembourgeois (24 mois). La Sole pêchée en Hollande, l’Aile de Raie rôtie à l’Os ou les Cailles de Vosges feront votre bonheur. Un menu du jour finira bien évidemment de vous contenter et sachez que les tarifs des plats vous permettront aisément de goûter à l’un des multiples crus de la carte des vins.

Si jamais lors de votre prochaine visite, vous vous remémorez la phrase introductive de Joël Robuchon, sachez que vous pourrez bien évidemment goûter à une des viandes d’exception proposées et sélectionnées par le chef ! On ne peut par conséquent que lui souhaiter un avenir tout aussi brillant que son illustre confrère…

L’Atelier du Windsor, 5 rue des Mérovingiens, L-8070 Bertrange

LaurentBravetti

Publié par webmaster
Le 25th avril 2016
Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.