L’hiver en Lorraine est rythmé par le festival Musiques Volantes. L’émergence de formes sonores et artistiques inédites en est le crédo, par le biais d’artistes performers, de ciné-concerts, d’ installations sonores, de danse et d’art vidéo. A Metz, la 13ème édition du festival à dimension nationale (des soirées satellites se tiennent à Nancy, Luxembourg, Montreuil, Montpellier et Poitiers) a réuni beaucoup de monde, grâce à l’idée de découvertes esthétiques, unifiées par un balisage thématique : une soirée rock, une autre, electro-hip hop et une dernière, folk.

Pensée par le collectif national de programmateurs, cette formule a plu car elle a permis au public de s’y retrouver dans cette sélection d’artistes souvent peu connus. Que ce soit avec Alva Noto et son électro minimale, Thee Silver Mt Zion et son post-rock émotionnel, Mahjongg et son afrobeat généreux, ou avec la tête d’affiche, Alela Diane et son folk intimiste, l’auditoire a pu trouver ce qui lie toutes ces énergies : l’exigence. La performance du trio parisien, La Chatte, véritable coup de cœur de cette 13ème édition, peut en témoigner : la chanteuse, Vava, sorte de panthère noire à la Grace Jones meets Brigitte Fontaine, se cache sous son voile blanc, laissant apercevoir un étonnant costume animalier sur fond de grognements sentimentalo-absurdes en français. Des mouvements de foule entre la Chapelle et le Caveau rendent l’ambiance du festival chaleureuse. Le public déambule, et se restaure au bar à soupe: c’est dans ce cadre humanisé que le chanteur de Why ? fait un happening, que l’on apprendra par la suite être un « Concert à emporter » pour la Blogothèque ! Le dimanche pluvieux sera contrebalancé par la chaleur du ciné-concert de Charlie O (et pour cause, les images projetées sont du porno-soft) et une belle performance dansée -sorte d’éloge de la lenteur- de Myriam Gourfink, en collaboration avec le FRAC Lorraine.

Il paraîtrait que l’hiver par ici est de plus en plus fréquentable!