L’an dernier, mon épouse m’a fait remarquer qu’à l’approche de la quarantaine, tout homme respectable doit réaliser une prise de sang, bref passer un petit contrôle technique de routine. Comme beaucoup de collègues et amis, j’ai mis le sport de côté depuis quelque temps. Mis à part agiter ma souris du bout des doigts au bureau, je ne pratique plus aucune activité physique. Ma condition est exécrable, et mes kilos s’amoncèlent, surtout depuis que j’ai arrêté de fumer en 2007. Cependant, lorsque mon médecin de famille m’a appelé pour me communiquer mes résultats sanguins, j’étais loin de m’imaginer que mon taux de triglycérides et de cholestérol, cinq à six fois supérieur au maximum autorisé, exploserait le livre des records. Face à l’évidence, j’ai dû mettre un terme aux restaurants pour le déjeuner et reprendre le chemin de la salle de gym au plus vite !

La solution la plus simple a été de m’inscrire dans une des très nombreuses enseignes de fitness du Grand-Duché. L’offre est large, on en trouve à tous les coins de rue. J’ai opté pour Pain World, à deux pas du bureau, à Gasperich. Le nom me plaît bien et annonce déjà la couleur : le monde de la souffrance s’offre à moi et va régler mes problèmes de santé.

évidemment, après l’euphorie de l’achat de mon abonnement, j’ai un peu tardé avant de débuter les entraînements, d’abord quelques jours, puis quelques semaines. Mais un lundi, j’ai pris mon courage à deux mains, j’ai fait mon sac et je suis parti pousser mes premiers kilos de fonte. Seul petit bémol, ma motivation s’est évaporée bien plus rapidement que les gouttes de transpiration sur le front de mes voisins. Heureusement, je remarque, assis sur mon banc d’haltérophilie, une petite pièce cachée au fond du complexe dans laquelle des individus en sueur se donnent à fond. À l’intérieur, je découvre plusieurs personal trainers en uniforme, et face à eux des hommes et des femmes de tous âges, à la musculature discrète et saillante, presque d’allure banale, bien loin du cliché des habituels bodybuildés. Je me suis tout de suite senti proche de ces gens. Le leader de ce petit comité se nomme Christophe Rousseau, le boss d’Inception Fitness. Avec son équipe (Mireille, David, Loïc, Yannick, Melvin, Simon, et bien d’autres) il développe une technique de remise en forme basée sur des exercices naturels sans utiliser aucune machine inconfortable pour l’ossature humaine. « Mon entraînement diffère des mouvements traditionnels sur des appareils de fitness car il sollicite les chaînes musculaires du corps. Le suivi de ce programme te permet de devenir plus performant dans les tâches journalières. Au départ, il s’agit d’améliorer ta posture et de compenser les déséquilibres musculaires pour un meilleur maintien au quotidien. Puis, cet enseignement conduit à stabiliser les articulations en renforçant tes muscles profonds afin d’éviter les blessures. Enfin, ce type de mouvement te permet de remodeler ton corps et de travailler sur la tonicité musculaire sans ajouter trop de volume musculaire. Bref, cet entraînement fonctionnel favorise un développement physique harmonieux et reste avant tout utile à la vie de tous les jours ». Christophe a réussi à me séduire en deux phrases. Je signe où ?

Ce sportif, au physique digne d’un péplum, doit sa plastique de gladiateur romain à son impressionnant curriculum vitae. Il participe dans sa jeunesse au championnat de France d’haltérophilie puis de culture physique. Ensuite, après quelques années à la faculté des sports, il devient très vite officier en tant que préparateur des militaires au combat, et spécialiste de rééducation motrice. Il poursuit ses armes à la prestigieuse École Militaire de Saint-Cyr, et finira par obtenir un diplôme de Master Trainer en Australie, la référence mondiale en personal training, qu’il couplera avec un B.T.S. en diététique.

Avec Christophe, le courant est tout de suite passé, l’athlète est un passionné qui ne fait pas les choses à moitié ! Au départ, il m’a offert une séance gratuite afin de passer des tests, d’évaluer mon niveau, et de mettre en évidence mes problèmes de posture. Il m’a décelé une petite cyphose et une gentille scoliose. Il a également évalué ma souplesse, enfin plutôt l’étendue de ma raideur. Ensuite, Christophe m’a demandé d’identifier mes objectifs. Perdre du poids ? Gagner du volume musculaire ? Les deux ?

L’avantage d’avoir un coach personnel, au-delà du suivi régulier et du contact humain, est de se sentir « obligé » de faire du sport, et d’être présent chaque semaine à notre rendez-vous. Christophe est parvenu également à remédier avec finesse à mes soucis de position du corps. Il me fait faire des exercices de gainage pour me permettre de développer mes muscles profonds. Honnêtement, j’étais un peu dubitatif quant à son discours. Et si ce charabia était uniquement de la poudre aux yeux ? Je n’ai compris l’importance de ces gestes que quelques mois plus tard. C’est plutôt excitant de découvrir de nouveaux muscles et des manières complètement farfelues de les travailler, loin des altères et des bancs de musculation. Cette nouvelle discipline à la mode se nomme Functional Training. Il s’agit de réaliser des gestes du quotidien afin de développer sa musculature, sa souplesse, sa respiration, et sa résistance physique.

Mon prof m’enseigne, dans la bonne humeur, tout un tas d’exercices aux noms barbares. J’enchaîne des burpee, des squat jump, des snatch, et autres pull up. Je cours, je saute, je tire à la corde, je porte des objets. Moralité : à force de pratiquer un sport ludique, je retrouve assez facilement un tonus musculaire et un réel bien-être. Mieux, je suis demandeur et chaque semaine, tel un manque, je reviens me dépenser avec plaisir.

Mon but n’est pas simplement de me muscler mais également de perdre du poids, notamment cette belle petite bedaine surmontée de magnifiques poignées d’amour tendrement développées au cours de ces dernières années. Cela tombe bien car Mister Rousseau a tendance à accompagner son coaching de conseils en alimentation. « Il est important de manger équilibré, aux bonnes heures, et de choisir des aliments de qualité. Évite la nourriture industrielle et favorise un retour aux sources. Essaie d’incorporer dans tes petits plats des aliments tels que le quinoa, le tofu, le soja ou le boulghour ». Pour conclure ses recommandations, Christophe me conseille de faire appel à un nutritionniste et de suivre un régime alimentaire sur mesure adapté à mes besoins. « Tu dois changer ton métabolisme, c’est-à-dire modifier ta consommation journalière d’énergie, demander à tes muscles de brûler des calories plutôt que de les stocker ». C’est un visionnaire ! Aujourd’hui, en moins d’un an, j’ai finalement réussi à changer ma morphologie et ma silhouette grâce à un travail de fond.

 

Grâce à cette prise en main, aux efforts répétés et réguliers, j’ai, en premier lieu, pris trois à quatre kilos de masse musculaire, pour ensuite perdre une dizaine de kilos. Au final, lorsqu’on profite d’une séance à deux, pour 70 euros par mois, et une demi-heure de travail hebdomadaire, je ne suis pas mécontent de mon choix. Après l’effort, je poursuis doucement avec des exercices de cardio comme le vélo ou le jogging. Je suis encore loin d’avoir un corps parfait, mais j’ai l’intime conviction d’être sur la bonne voie.