Qui es-tu ?

Je m’appelle Elisa Roewer. Je suis née le 17 juillet 1986 à Thüringen, en Allemagne. J’ai toujours été attirée par l’art en général et j’ai commencé à dessiner très jeune. Après des études de graphisme et de design à l’Université de Sciences et Arts Appliqués à Dortmund, je suis devenue tatoueuse. Mon métier est le plus beau du monde, car c’est un défi de tous les jours et il me permet de beaucoup voyager, même si j’exerce essentiellement à Dortmund et à Luxembourg.

 

Décris-nous ta tenue.

J’ai opté pour une robe H&M, une veste et des bijoux & Other Stories et des chaussures dégotées dans une boutique de seconde main. Pour braver le froid, je me suis emmitouflée dans une écharpe American Apparel. J’ai beaucoup de boulot aujourd’hui au studio de tatouage. Alors, même si j’aime faire attention à mon look, le plus important pour moi est d’être à l’aise et de porter des vêtements confortables.

 

Les indispensables de ta garde-robe ?

Les accessoires. J’aime rester basique : un jean bien coupé, un t-shirt, une petite veste et puis je mise tout sur une pièce forte, comme un sac ou belle paire de chaussures.

 

Tes tatouages font-ils partie de ces accessoires ?

On pourrait dire, en effet, que ce sont des bijoux de peau, mais ils sont beaucoup plus que cela ! Ils me définissent et surtout je n’en change pas au grès des saisons (sourire).

 

La faute de goût magistrale ?

Je ne comprendrai jamais les personnes qui s’obstinent à porter des vêtements clairement trop petits.

 

Ton endroit préféré ?

Les montagnes d’Irlande. J’y puise mon inspiration.

 

Avec quel styliste partagerais-tu une bière ?

Je prendrais bien un verre avec les créateurs de Freitag. Les deux Suisses ont élaboré des sacs et portefeuilles en recyclant des vieilles bâches de camions. Je suis fascinée par les designs innovants qui mettent l’accent sur la durabilité.

 

Si tu pouvais emmener un objet sur une île déserte ?

Un tapis de yoga.

 

Le morceau que tu écoutes en boucle ?

« Coffee » de Sylvan Esso.

 

Ton hotspot au Grand-Duché ?

Le salon de tatouage Luxembourg Electric Avenue.

 

 

20150218- _D1536121

20150218- _D1536271

 

 

Wee bass du?

 

Ech heeschen Elisa Roewer. Ech sinn den 17te Juli 1986 zu Thüringen, an Däitschland, gebuer. Ech sinn nach ëmmer vun der Konscht am Allgemengen ugezu ginn an ech hunn och fréi ugefange mat zeechnen. No mengen Etuden an der Graphik an am Design op der Université des Sciences et Arts Appliqués zu Dortmund, sinn ech Tätowéirerin ginn. Ech hunn weltwäit dee schéinste Beruff, et ass all Dag eng nei Erausfuerderung an ech hunn d’Méiglechkeet vill ze reesen, och wann ech mäi Beruff haaptsächlech zu Dortmund an a Lëtzebuerg ausüben.

 

Beschreif eis däi Look?

 

Ech hu mech fir e Kleed aus dem H&M entscheed, eng Jackett a Bijoue vun & Other Stories a Schong déi ech an engem Second Hand Buttek opgedriwwen hunn. Géint d’Keelt hunn ech mech an e Schal vun American Apparel agemummt. Ech hunn haut vill Aarbecht am Tattoo-Studio, och wann ech Wärt op mäi Look leeën, ass fir mech nach ëmmer dat Wichtegst mech wuel ze fillen a gemittlech Kleeder ze droen.

 

Wat ass e Must an denger Garderobe?

D’Accessoiren. Ech bleiwe léiwer schlicht: eng Jeans déi schéi geschnidden ass, en T-Shirt, eng kleng Jackett an da setzen ech alles op ee staarkt Stéck, ewéi eng Posch oder e Puer flotter Schong.

 

Sinn d’Tätowéierungen och en Deel vun dësen Accessoiren?

Et kéint een effektiv soen, dass et d’Bijoue vun der Haut sinn, mä si sinn vill méi ewéi dat! Si definéiere mech an virun allem wiesselen ech se net mat der Joereszäit (laachen).

 

Wat ass den absoluten No-Go?

Ech wäert ni déi Leit verstoen, déi drop bestoen, Kleeder unzedoen déi hinne ganz kloer ze kleng sinn.

 

Wou ass deng léifste Platz?

An de Bierger vun Irland. Vun do schöpfen ech meng Inspiratioun.

 

Mat ewéi engem Designer géifs du gären e Béier drénken?

Ech géif gären e Patt mat de Kreateure vu Freitag huelen. Des zwee Schwäizer hunn Poschen an Portefeuillen hiergestallt andeems si al Plane vu Camione recycléiert hunn. Ech si faszinéiert vu sou innovativen Designen déi en Accent op d’Laangwieregkeet setzen.

 

Ewéi een Objet géifs du mat op eng verloossen Insel huelen?

Eng Yoga-Matt.

 

Ewéi ee Lidd lauschters du nonstop?

„Coffee“ vum Sylvan Esso.

 

Däin Hotspot a Lëtzebuerg?

Den Tattoo-Salon Luxembourg Electric Avenue.

20150218- _D1535841

20150218- _D1535951

20150218- _D1536031